Tony Harris

@

Biography:

Tony has had a love and fascination for languages since he first saw a shelf of dictionaries at a store as a young child. That love manifested in self study and formal study of several languages through high school into college, but also in the design and use of his own constructed language which he still considers to be “the language of his soul”. He is comfortably conversational in French, Spanish and Esperanto, rusty but semi-functional in German, Russian, and Irish, with a nodding acquaintance of several others over the years. He also has a reasonable fluency in his own conlang and basic fluency in the conlang of his best friend. Although his career in IT lamentably does not often make use of these skills, he still gets language socialization via social networking, Esperanto events, and translation, and sits on the board of directors of the Language Creation Society.

Topic: Q&A discussion following the film “Conlanging”

************************

Biographie:

Tony a aimé les langues depuis son enfance quand il a vu une étagère de dictionaires dans un magazin. Son fascination s’est montrée par l’étude de plusieurs langues, en classe et par auto-apprentissage, au lycée et à l’université, mais elle s’est montrée aussi par la construction et l’emploi de son propre lange artificielle, une langue qu’il considère “la langue de son âme”. Il peut s’entretenir assez bien en français, en espagnol, et en Espéranto, et connais encore un peut d’allemand, de russe, et d’irlandais, et encore moins de plusieurs autres au cours des années. Il peut aussi utiliser assez couramment son propre conlang, et un peu aussi du conlang de son meilleur ami. Bien que son carrière en informatique ne donne pas souvent l’opportunité d’utiliser les langues (à part des langues de programmation), il nourrit encore son interêt par des réseaux sociaux, des évenements d’Espéranto, et la traduction. Il est aussi membre du conseil d’administration de la Société de la Construction des Langues.

Sujet: Session questions-réponses après le filme “Conlanging”